Pollen d'ambroisie

Quelques grains de pollen flottent déjà dans l’air dès la mi-juillet, mais le pollen d’ambroisie est surtout présent en août et septembre. Au début octobre, des concentrations polliniques faibles peuvent encore être enregistrées. C’est le Réseau national de mesure du pollen de MétéoSuisse qui mesure les concentrations de pollen d’ambroisie dans l’air en Suisse.

Dans notre pays, elles sont encore faibles en comparaison avec celles mesurées en Hongrie, Serbie, Croatie, France ou Italie (Graphique "Pollen d'ambroisie en Europe"). Les valeurs les plus élevées sont enregistrées au Tessin et dans le bassin lémanique. Dans ces régions, les quantités de pollen sont comparables à celles que l’on mesurait à Milan au début des années 1990. Au sud du Tessin, on compte en moyenne par année 24 jours au cours desquels des concentrations fortes de pollen d’ambroisie sont mesurées, à Lugano 9 jours et à Genève 5 (cf graphique "Nombre de jours par année …"). Des cas d’allergie à l’ambroisie sont déjà recensés dans ces régions. On considère comme forte une concentration qui atteint ou dépasse 11 grains de pollen d’ambroisie par mètre cube d’air en 24 heures. Au centre et dans l’est du Plateau, au cours de ces dix dernières années, une telle valeur n’a été atteinte qu’une fois. L’indice pollinique annuel y est de l’ordre de 20, ce qui est trop faible pour provoquer des manifestations allergiques.

Même si l’ambroisie a commencé de se répandre au Tessin et dans le bassin lémanique, une grande partie du pollen mesuré dans ces deux régions provient encore des pays voisins; il est transporté de France et d’Italie vers notre pays par les vents du sud-ouest.