Messages de réussite

Importante baisse des annonces de foyers dans les parcs et jardins

En 2006, 594 foyers d’ambroisie ont été annoncés dans le canton de Zurich, contre 147 seulement en 2007 (voir tableau ci-après). La diminution des annonces est particulièrement importante au niveau des jardins familiaux et des pelouses publiques.

Dans le canton de Zurich, les annonces d’ambroisie sont vérifiées au moyen de plantes-modèles que les communes mettent à disposition. Dans la plupart des cas signalés en 2006, les communes ont procédé à des contrôles ou se sont informées auprès des habitant-e-s concerné-e-s. La principale raison de la diminution des annonces réside dans l’amélioration de la qualité des aliments pour oiseaux. Il est aussi probable que la discipline relative aux annonces de foyers se soit relâchée. Des petits foyers ont été éliminés sans pour autant faire l’objet d’une annonce auprès des instances communales responsables de l’ambroisie.

Il est aussi possible que les conditions climatiques aient provoqué une baisse du taux de germination des graines.

Le long des routes, on a généralement réussi à éradiquer les petits foyers de 10 à 100 plantes. Un grand foyer proche de l’autoroute de Forch a pu être éliminé par l’arrachage des plantes, opération répétée à plusieurs reprises. En 2007, seules quelques plantes isolées poussaient encore à cet endroit.

 

Tableau: Foyers d’ambroisie repérés en 2006 et 2007 dans le canton de Zurich
Im GIS erfasste Standorte 2006 2007
Jardins familiaux
397 65
Parcs publics
63 13
Bords de route
52 14
Prairies 22 8
Cultures
8 11
Chantiers, décharges
18 6
surfaces de gravier, parkings, surfaces industrielles
4 8
Autre: forêt, berges, vignes, snas données
30 22
Total 594 147

 

Forte diminution de la contamination des aliments pour oiseaux par les graines d’ambroisie

En Suisse, depuis 2005, les aliments pour animaux ne doivent plus contenir de graines d’ambroisie ( Ordonnance sur le Livre des aliments pour animaux, annexe 10 ). Cette disposition est particulièrement pertinente pour les aliments destinés aux oiseaux, car ces produits sont disséminés dans la nature.

Dans la pratique, il n’a pas été possible d’obtenir une pureté absolue dans l’immédiat : Lors de l’entrée en vigueur de l’Ordonnance, la marchandise à commercialiser en 2005/2006 était déjà produite. Le seuil d’intervention était fixé à 0,02% (poids). Le nettoyage n’était envisageable que pour les grandes graines telles que les tournesols. Il n’était par contre pas possible de nettoyer les lots de millet car leurs graines sont aussi petites que celles de l’ambroisie. On ne trouvait donc pas, sur le marché européen, de matières premières exemptes de graines d’ambroisie. Dès la saison 2006/2007, le seuil d’intervention a été abaissé à 0,005%, valable pour chacune des composantes du mélange. Les firmes d’aliment font produire du millet sous contrat. L’emploi d’herbicides appropriés permet de maintenir la contamination par les graines d’ambroisie à un niveau très bas. Comme on peut le voir dans le tableau, en 2006/2007 déjà, plus de la moitié des mélanges de grains était exempte de semences d’ambroisie (valeur médiane = zéro). La moyenne encore élevée s’explique par la présence de quelques lots isolés très fortement contaminés. Ces lots ont été retirés du marché au bon moment. top

 

Tableau: Contamination des aliments pour oiseaux par les graines d’ambroisie, hiver 2005/2006 à 2007/2008. Prise d’échantillons dans les entreprises avant la livraison; en partie déjà en vente.

  2005/2006 2006/2007 2007/2008
Nbre d'échantillons (mélanges)
8 28 21
Graines par kg min - max 1-366 0-109 0-220
Graines par kg moyenne
72 10 14
Graines par kg médiane 18 0 0

 

La coopération constructive entre le Contrôle officiel des aliments pour animaux et les fabricants d’aliments pour oiseaux ainsi que les efforts entrepris par ces derniers ont permis d’améliorer notablement la situation.

 

Succès dans les exploitations biologiques grâce à l’arrachage

En 2006, un pâturage extensif d’une exploitation biologique proche de Winterthur était gravement infesté. On trouvait à plusieurs endroits des foyers de plus de 100 plantes. L’arrachage et la fauche rase ont empêché les émissions de pollen. Mais les plantes survivantes ont produit suffisamment de graines, permettant à l’ambroisie de s’étendre encore en 2007. Une intensification de la prairie par apport d’azote n’était pas possible. Aussi, grâce à un important engagement de la famille durant l’été et l’automne 2007, la parcelle a été nettoyée et toutes les plantes éliminées avant la maturation des semences. Lors des contrôles effectués de mai à juillet 2008, on ne trouva aucune ambroisie. Au mois d’août, on a repéré à nouveau quelques plantes isolées. Cet exemple montre qu’au prix d’un grand effort il est possible d’éradiquer d’importants foyers d’ambroisie sans avoir recours à la chimie.

 

Pâturage biologique, début septembre 2006: nouvelles pousse d’ambroisie après la fauche.
Le même pâturage, fin octobre 2006: les ambroisies portent des graines mûres. Les plantes sont à peine visibles dans la prairie.